Le journal de Vidwulf Silverlocke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Lun 31 Juil - 16:53

Ceci est l'histoire de mon personnage, Vidwulf. La deuxième partie est publiée, bonne lecture !

Première partie:


Le journal de Vidwulf

Je me nomme Vidwulf Silverlocke, fils de Visabeth et d’Edhan Silverlocke. Je naquis en l’an 257 du calendrier Kandessan dans le petit bourg du nom de Merysburg. Je suis le quatrième fils de cette famille qui comptait six enfants. Mes deux grandes sœurs se nomment Kathryn et Evhelyn. Mon grand frère et mes deux plus jeunes s’appellent respectivement Gifuld, Beoforth et Warden Silverlocke. Nous étions une famille de renom, là où nous vivions. Mon père était bourgmestre de Merysburg et ma mère était enseignante pour les jeunes nobles de la cour. Lors de ma naissance, mes sœurs étaient déjà âgées de huit et dix ans. Kathryn, la plus âgée, appréciait beaucoup s’aventurer dans la nature, tandis qu’Evhelyn était son opposée. Pour son cas, elle adorait faire la princesse et rêvait elle-même d’en devenir une. Mon grand frère, Gifuld, dotait d’une force impressionnante pour son âge. Il était évident qu’il deviendrait soldat. Lors de la naissance de Beoforth, je venais tout juste d’avoir deux ans. Plus tard, on remarquera son incroyable talent de diplomate. Lors de mes trois ans, Warden naquit. Lorsqu’il aura vieilli, le benjamin semblera prendre le rôle de son père, dû à son talent dans les finances.

Et c’est ainsi que mon histoire commence. Entouré d’une grande famille qui est plutôt riche. Le genre de famille à qui peu de choses puissent se produire. Du moins, c’est ce qui semble paraître, n’est-ce pas ?

Mon plus lointain souvenir remonte lorsque j’avais cinq ans. Je venais tout juste de me mettre sous la couverture pour aller dormir. Je me souviens que j’étais fatigué et que j’attendais ma mère pour qu’elle me raconte une histoire. Ce récit marqua ma vie à tout jamais. Celui-ci relatait la légende du héros Eldathir, celui qui sauva le monde à maintes reprises. Grâce à ce conte, je rêvais désormais de devenir un héros, celui qui sauvera la veuve et l’orphelin. C’était à partir de cet instant que j’ai désiré à développer mon sens de la justice.

Environ six ans se sont écoulés depuis cette importante mémoire. Je venais tout juste d’avoir douze ans. C’était à partir de cette année que je me retrouvais dans la même classe que mon frère Gifuld. Malgré que je sois à peine un an plus jeune que lui, je semblais doter d’une intelligence supérieure. Je crois que c’était à cause de sa fâcheuse tendance à ne rien écouter du tout. Pour ma part, je me réservais une passion pour les cours d’histoire. Lors de mes temps libres, j’allais souvent à la bibliothèque du château pour découvrir toutes ces merveilleux récits. Certains soirs, j’en oubliais même à dormir et je passais la nuit entière devant ces bouquins. En y repensant, je ne crois pas que je serais le même si je ne m’étais pas plongé dans le monde du passé.

À l’âge de quatorze ans, mon corps se mit à changer. Ma chevelure, jusqu’alors plus blonde que brune, devint plus foncée. Tout doucement, une petite pilosité apparut sur mon visage. Pour ma taille, je ne faisais que grandir. Mes muscles devenaient beaucoup plus forts et endurants. Puis, mes yeux se mirent soudainement à regarder la gente féminine sous un autre œil… Tout ceci est sans aucun doute banal, mais ma façon de penser changea drastiquement, durant mon adolescence. Cela ne fit pas disparaître mes rêves d’enfance qui devinrent pour moi des objectifs de vie. Désormais, je croyais que rien ne m’arrêterait, que rien ne puisse m’atteindre. J’avais une ambition de fer dans tous les domaines.

J’avais seize ans, lorsque les dieux m’offrirent le plus beau cadeau du ciel. La journée de notre rencontre, le temps était banal. Les nuages recouvraient le soleil et une fraîche pluie tombait. Depuis quelques semaines déjà, j’étais l’écuyer de l’un des chevaliers de Merysburg. Nous nous promenions souvent dans la campagne et nous arrêtions tous les soirs dans l’auberge du coin. « L’auberge au bois dormant », c’était le nom de ce bâtiment. Non-loin, une rivière faisait son chemin jusque dans les eaux sans fin. Comme je l’ai dit plus haut, le temps était banal. En entrant à l’intérieur, il n’y avait presque personne. Quelques voyageurs par-ci, deux ou trois paysans ivres par-là. Les chandelles brûlaient de bon feu et la cheminée évacuait la fumée provenant du foyer bien nourri en bois. « Une bière des bois pour moi et mon compagnon ! » s’exclama mon maître. Sans plus attendre, le tavernier âgé d’une quarantaine d’années remplit deux grosses peintes. Pour notre part, nous nous asseyions à l’écart des autres, afin de boire en toute tranquillité. Puis, elle arriva.

L'auberge:

Au premier regard, elle semblait être une femme dans la vingtaine. Ses cheveux blonds rayonnaient grâce aux reflets de lumière. Ses yeux bleus étaient aussi magnifiques que les mers du sud, pâles et apaisants. Son visage fin était impeccable, ayant comme constitution un petit nez et des lèvres pulpeuses. Rien ne m’échappait, pas même les courbes étourdissantes que son habit tentait de dissimuler. Elle était parfaite à mes yeux…

-Et deux bières pour messieurs ! Cela fera dix écus, s’il vous plaît.

Pendant que mon maître sortait son porte-monnaie, je continuais de la contempler. Sa voix était celle d’une déesse, une douce mélodie qui sonnait à mes oreilles. Soudain, elle se mit à tourner son regard vers moi. Elle m’aborda un sourire qui m’enchanta et qui m’enchanterai jusqu’à la nuit des temps. Payant la damoiselle, mon maître remarqua l’attention que je portais sur elle. Me prenant le bras fermement, il me ramena à la réalité.

-L’un de mes devoirs, Vidwulf, est de t’apprendre à vivre, pas uniquement à te battre. Va, tu ne risques rien de lui parler.

Tout en ricanant, il me poussa hors de mon siège en direction de la dame, marchant vers une porte qui donnait sur l’extérieur. Inquiet par ce que l’aubergiste puisse penser, je remarquai qu’il était occupé à nettoyer une choppe tout en discutant avec un de ses clients. L’occasion était parfaite.

J’entrouvris la porte. La serveuse à la chevelure dorée était en train de se diriger vers la rivière, marchant gaiement dans cette soirée pluvieuse. Attendant d’être à bonne distance pour commencer à la suivre, j’ouvris la porte. Celle-ci fit un bruit qui fit arrêter mon cœur de battre pendant un court instant. Heureusement, elle ne m’avait pas entendu ! Désormais, je ne pouvais plus m’arrêter. Mes jambes se dirigeaient instinctivement vers le cadeau des cieux. Continuant d’observer la belle créature de loin, celle-ci s’arrêta devant le cours d’eau et se pencha pour y observer quelque chose. Intrigué, je m’approchai. Plus j’étais proche, plus mon cœur cognait à l’intérieur de mon torse. Soudain, un craquement.

J’arrêtai brusquement. Mes yeux plongèrent à mes pieds, là où une branche venait tout juste de se briser. Une vague de gêne envahit mon esprit. Relevant ma tête, elle m’observait. Ses yeux parlaient. Je devais m’expliquer.

-Je… Mon maître... Mon maître m’a dit que je pouvais venir vider ma vessie dans la rivière, mais je ne m’attendais pas à vous voir ici et…

Tout me trahissait. Ma voix, mes mains, mes mouvements, tout. Il était évident que je mentais. Puis, elle se mit à marcher en ma direction. Désemparé, je me figeai comme une tombe, l’observant approcher. Elle affichait un petit regard moqueur.

-Comment tu t’appelles ? me demanda-t-elle.

-Vidwulf… Vidwulf Silverlocke, écuyer de Sir Henrys, fils d’Edhan Silverlocke.

-Vous êtes un noble ? Pardonnez-moi, messire. Je ne croyais pas m’adresser au fils du bourgmestre.

Elle semblait paniquée. Rapidement, elle me contourna et marcha en direction de l’auberge. « Attendez ! », m’écriais-je. Elle s’arrêta brusquement, mais me laissa face à son dos. Je décidai donc de venir à sa rencontre.

-Quel est votre nom, gente dame ?

-Naomie… fille de boucher, marmonna-t-elle, évitant de me regarder dans les yeux.

-Pourquoi m’évitez-vous donc ainsi ?

-Les pauvres n’ont pas le droit de parler aux riches, pardonnez-moi.

Tout en disant ces mots, elle tenta de me contourner à nouveau. Décidant de ne pas la laisser faire, je lui barrai la route.

-D’où avez-vous appris cela ? Il est évident que vous avez remarqué que je n’étais pas là pour uriner sur le bord de l’eau, non. J’aimerais apprendre à vous connaître.

-Depuis quand les nobles s’intéressent aux pauvres ? Je vous en prie, laissez-moi retourner travailler.

-Très bien, dis-je, déçut. Mais ce n’est pas ainsi que je vais vous abandonner, madame. Je reviendrai demain soir pour en apprendre plus sur vous.

Sur ces mots, je lui laissai le passage. Elle prit quelques instants à regarder le sol, puis remonta son visage à ma hauteur. Elle avait soudainement une mine désespérée. À cet instant, je me souviens m’avoir dit que jamais je ne la laisserai ici, dans cet endroit misérable. La laissant me devancer de plusieurs secondes, je réfléchis à mes actions. Étais-je trop brusque ? S’intéressera-t-elle à moi ? Vais-je réussir à lui faire la cour ? Tant de questions dévalèrent dans ma tête, mais cela ne m’empêcha certainement pas de revenir le lendemain.

Deuxième partie:

Finalement, je décidai de prendre mon courage à deux mains. Rentrant dans l’auberge, je marchai droit en sa direction et lui pris par les hanches. Je la retournai d’un mouvement gracieux et nos visages ne se séparaient désormais que de quelques centimètres. Je commençai à approcher mon visage, prêt à poser mes lèvres sur les siennes. Avant que je ne ferme les yeux, je la vis faire de même. C’était un si beau moment…

-Réveille-toi, garçon !

Tous les muscles de mon corps se contractèrent et je me réveillai en sursaut. Cette alarme, je la connaissais bien. Ces mots me réveillaient sans cesse pendant ma première année en tant qu’écuyer, durant ma quatorzième et ma quinzième année de vie. Cela faisait un sacré bout de temps que je n’avais pas été réveillé ainsi, puisque je m’étais naturellement habitué à me réveiller avant que Sir Henrys ne me réveille. De nombreuses questions se bousculèrent dans ma tête. Remarquant ma confusion, mon maître les fit taire.

-Il est midi, mon garçon. Qu’as-tu fait durant la nuit ?

-Je ne parvenais pas à dormir, sire.

-C’est à cause de la jeune damoiselle, n’est-ce pas ?

J’hochai de la tête en signe d’affirmation. Contre toutes mes attentes, au lieu de faire son rabat-joie, il m’apprit une leçon dont elle me servirait jusqu’à aujourd’hui.

-Tu sais, dans la vie, nous rencontrerons tous un jour ou l’autre notre âme sœur. Que ce soit à cinq ans, trente ans, même quelques heures avant que les dieux décident de terminer notre existence de mortel. Ce qui est important à retenir mon garçon, c’est que tu ne dois jamais arrêter de foncer. Tu ne voudrais pas la perdre, n’est-ce pas ?

-Non, sire… répondis-je.

-Alors cesse de réfléchir à tes actes et fonce ! Si mon père ne m’avait pas appris cette leçon, je ne serais certainement pas chevalier et serais en train de faire les bains de ton père.

-Alors, puis-je aller la visiter ce soir, maître ?

-Certainement pas ! me dit-il, tout en me faisant un clin d’œil. Maintenant, installe mon armure, écuyer.

Le regard vide, j’effectuai ma tâche. J’installai sa cotte de mailles, puis ses bottes en cuir et ses gants. Comme nous n’étions pas en guerre, les chevaliers de la cour n’avaient pas besoin de mettre leur armure de combat. Suite à cela, je m’habillai de mon armure de cuir. Celle-ci était gravée du blason de ma famille, représentant une tête d’ours rugissant. « Un rugissement et ils s’agenouilleront », c’était notre devise. Je n’en étais pas fier, puisque cela incitait à la soumission, à la privation de la liberté. Merysburg, ma ville natale, vécu cette soumission. Cela faisait quelques générations que les Silverlocke régnaient sur la cité et les alentours depuis que l’un de mes ancêtres, Dward Silverlocke, conquit le bourg par la force.

Il était désormais en milieu d’après-midi. Henrys décida de m’entraîner à l’arc durant toute la journée dans l’aire d’entraînement du château. Cela me déplaisait, puisque j’adorais me promener sur mon cheval le long de la route. D’autant plus qu’un vif désir animait mon cœur depuis le soir d’avant…

J’encochai flèche après flèche, atteignant la cible avec de plus en plus de difficulté au fil du temps. La température était clémente, le soleil nous donnant un ciel orangé par son inclinaison dans le ciel. Sire Henrys décida finalement d’arrêter l’exercice et me permit d’aller me reposer. Néanmoins, ce n’était pas le temps de me reposer totalement. Je devais planifier ma petite évasion du château pour cette nuit. Je m’engageai d’abord à prendre un bain afin de me nettoyer de la sueur accumulée durant cette dure journée de pratique. Puis, je fonçai vers les vestiaires des serviteurs de la cour afin d’y emprunter des vêtements. Grâce à cela, je pourrai plus facilement me fondre dans la masse. Finalement, en sortant du château, je me dirigeai chez le joaillier de Merysburg afin d’y acheter un bijou. Celui dont j’avais choisi était un collier avec de magnifiques gravures faites dans l’argent et orné d’un mystérieux rubis contenant une sorte de lumière bleue en son centre.

J’étais enfin prêt. Dissimulant le précieux objet dans un petit sac de cuir, je sortis de la cité en me fondant dans un petit groupe de fermiers qui rentraient chez eux. Le ciel s’assombrissait, laissant apparaître peu à peu les étoiles. Un faible vent soufflait et une douce fraîcheur envahit les environs. Après plusieurs minutes de marches, je pouvais enfin apercevoir au loin l’auberge au bois dormant. Mon cœur se mit à battre fortement, comme la dernière fois. Jusqu’à mon arrivée dans le bâtiment, je ne me souviens plus très bien si je m’étais mis à courir dû à une immense impatience ou si je su garder mon calme. Bref, l’endroit n’avait pas changé, mis à part les visiteurs. Apparemment, l’aubergiste devait se trouver dans la cave pour y chercher de la marchandise, puisqu’il n’était nulle part. Naomie, elle, se trouvait à l’autre bout de la pièce principale, contemplant la nuit étoilée sur le bord de la fenêtre. Mon cœur chavira à nouveau, mais je gardai confiance en moi et avançai en sa direction. Quelques pas plus loin, elle m’entendit et se retourna. Son regard curieux changea en une vive surprise et elle fonça tout droit vers l’extérieur, au même endroit où je l’avais suivi le soir d’avant. Cette fois, je ne me laisserai pas avoir.

Je sortis tranquillement de l’auberge, essayant de garder mon calme au maximum. Elle était dos à moi, la tête basse, semblant implorer quelque chose. Ses magnifiques cheveux blonds reflétaient la lumière de la lune, désormais haute dans le ciel. Prenant une bonne bouffée d’air, j’entamai la conversation.

-C’est une belle soirée, n’est-ce pas ? dis-je en m’approchant d’elle. Celle-ci ne me donna aucune réponse.
-J’ai tenu parole à ce dont je vous ai dit hier et je suis venu vous voir. Puis-je en apprendre plus sur vous, mademoiselle ?

-Que voulez-vous ? Je suis qu’une pauvre serveuse dans une auberge. Je suis sûr que vous êtes là que pour me courtiser afin que je sois votre putain.

Ces mots firent un choc dans mon esprit. C’est à cet instant que je réalisai l’ampleur de la disparité entre les riches et les pauvres. Il fallait que je lui fasse comprendre ce dont je ressentais et je décidai donc de me mettre face à elle. Toujours la tête basse, je soulevai son frêle petit menton du bout de mes doigts.

-Écoutez-moi, Naomie, fille de boucher. Je ne suis pas un noble comme les autres. Dès mon premier regard posé sur vous, je sentais que je devais me rapprocher de vous. Vous êtes la plus belle chose qui m’est arrivé de regarder et je ne crois pas qu’il puisse m’arriver de voir plus beau.

À ces mots, je vis un petit rougissement au niveau de ses joues. Elle mit enfin à me regarder droit dans les yeux. Ceux-ci étaient encore plus magnifiques au clair de la Lune. Il était temps de lui offrir le bijou.

-Tenez, voici pour vous, dis-je en sortant le collier du petit sac.

-Quoi ? C’est trop…

-Me permettez-vous d’attacher ce collier autour de votre cou ?

Celle-ci sourit en hocha de la tête. Elle se retourna et à l’aide de ses mains, me dévoila son cou. Ressentant une certaine connexion avec elle, je pris mon temps de poser le précieux objet sur elle. J’attachai la chaîne et replaça ses cheveux. Elle pivota face à moi avec un regard qui parlait. Le joyau allait parfaitement bien avec ses lèvres rouges et ses yeux bleus. Le choix était parfait.

-J’aimerais beaucoup vous parler de moi, mais je sais pas par où commencer, me dit-elle.

-Parlez-moi de votre famille.

-Mon père a un frère qui est un ébéniste et un autre érudit. J’ai une cousine qui se nomme Anastasia, fille d’ébéniste. Et puis, c’est tout ce que je sais…

-Permettez-moi de vous dire les membres de ma famille. Mon père est…

-Edhan Silverlocke, votre mère est Visabeth Silverlocke, vous avez deux sœurs et deux frères !

-Trois frères, repris-je. Comment savez-vous cela ?

-Lorsque nous étions plus jeunes, moi et ma cousine allions souvent voir notre oncle qui n’avait pas d’enfant. Il nous a raconté toute l’histoire de votre famille à commencer par Dward Silverlocke, le grand ours !

-Oui, je ne suis pas très fier de cette histoire, dis-je, agacé.

-Oh, pardonnez-moi, messire. Je me suis un peu trop emportée…

-Il n’y a rien à pardonner, dame aux cheveux divins. Je trouve simplement que l’histoire de ma maison est quelque peu horrible. Si j’avais été à sa place, je n’aurais certainement pas massacré des centaines d’innocents pour une simple soif de pouvoir.

-Ah bon ? s’étonna-t-elle. Ce n’est pas ce qui était écrit dans les vieux livres de mon oncle…

-Oui, et c’est tout à fait normal. L’histoire est écrite par les vainqueurs, vous savez. Néanmoins, après plusieurs semaines de recherches dans les bibliothèques de mon château, j’ai pu dénicher le journal de mon ancêtre. Ce qu’il a écrit était digne d’un monstre.

Soudainement, un faible tremblement parcouru mes pieds. Naomie et moi, qui n’avions jamais vécu ce que l’on nomme « tremblement de terre » comprirent qu’une troupe de cavaliers s’approchaient de l’auberge. Quelques instants plus tard, un dizaine d’hommes de Merysburg apparurent dans notre champ de vision, fort probablement à ma recherche. Paniqué, je pris les mains de ma belle.

-Mademoiselle, puis-je savoir si vous avez un nom de famille ?

-Notre famille porte le nom des Wilder. Pourquoi vous me demandez ça ?

-Vous le saurez bien assez tôt. Naomie Wilder, je vous promets de venir vous voir dès que j’en aurai l’occasion.

Sur ces mots, je me mis à genoux afin de donner un baiser sur le dessus de ses mains. En me relevant, ces joues étaient encore plus flamboyantes qu’avant. Il me fallait désormais faire face au courroux de mon père…¬


Dernière édition par Borila le Ven 18 Aoû - 5:18, édité 1 fois
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par SuperSygma le Mar 1 Aoû - 23:02

Oh non encore un calendrier xD Il y a trop de calendrier là xD
avatar
SuperSygma

Messages : 293
Date d'inscription : 13/06/2017
Age : 14
Localisation : Dans l'univers

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Guhan Huaca
Age: 39 ans
Race: Homme-félin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par SuperSygma le Mar 1 Aoû - 23:04

Ouia sinon c'est un super texte mais j'y vois pas trop d'utilité aux journaux de bords
avatar
SuperSygma

Messages : 293
Date d'inscription : 13/06/2017
Age : 14
Localisation : Dans l'univers

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Guhan Huaca
Age: 39 ans
Race: Homme-félin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Eldathir le Mar 1 Aoû - 23:07

J'aime beaucoup ^^ a quand la suite Very Happy
avatar
Eldathir

Messages : 105
Date d'inscription : 26/01/2017

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Munfang kuroba
Age: Inconnu
Race: Kiuta

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Mer 2 Aoû - 1:37

L'utilité c'est d'avoir quelque chose d'intéressant à lire et expliquer comment en est arriver mon personnage. Sinon Vidwulf le fait parce que c'est un passioné d'histoire et il veut y mettre sa trace

la suite pour bientôt ^^
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par baligrys le Jeu 3 Aoû - 10:01

Les légendes disent que vidwulf
avatar
baligrys

Messages : 281
Date d'inscription : 13/06/2017
Localisation : Paris // Tours // Lyon

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Kisto de Nodonde
Age: 39
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Jeu 3 Aoû - 15:42

C'est moi ou il manque un bout de ta phrase ? x)
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par G1G4BL4Z3R le Jeu 3 Aoû - 16:01


Non il en manque pas, ou alors je vois pas.
avatar
G1G4BL4Z3R

Messages : 246
Date d'inscription : 12/04/2017
Age : 17
Localisation : Tout de suite à gauche, troisième à droite, puis tout au fond après le rond point, deuxième sortie

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Rénald Couillac
Age: La petite trentaine
Race: Homme-caméléon

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCYs2d63gJi_9ohVrqzq-MOg

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Jeu 3 Aoû - 16:15



c'est moi qui a un soucis ^^
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Eldathir le Jeu 3 Aoû - 18:02

Je vois pas le bout de la phrase non plus
avatar
Eldathir

Messages : 105
Date d'inscription : 26/01/2017

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Munfang kuroba
Age: Inconnu
Race: Kiuta

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par G1G4BL4Z3R le Jeu 3 Aoû - 21:11

MrCravat a écrit:

c'est moi qui a un soucis ^^

HAAAAAA IL A UN MAC
avatar
G1G4BL4Z3R

Messages : 246
Date d'inscription : 12/04/2017
Age : 17
Localisation : Tout de suite à gauche, troisième à droite, puis tout au fond après le rond point, deuxième sortie

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Rénald Couillac
Age: La petite trentaine
Race: Homme-caméléon

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCYs2d63gJi_9ohVrqzq-MOg

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Jeu 3 Aoû - 21:29

Thème sur windows 7^^
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par SuperSygma le Jeu 3 Aoû - 22:22

On s'éloigne du sujet là xD
avatar
SuperSygma

Messages : 293
Date d'inscription : 13/06/2017
Age : 14
Localisation : Dans l'univers

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Guhan Huaca
Age: 39 ans
Race: Homme-félin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par G1G4BL4Z3R le Ven 4 Aoû - 20:55

Un thème avec le logo Apple et les boutons de fenêtre du mac en haut à droite?
avatar
G1G4BL4Z3R

Messages : 246
Date d'inscription : 12/04/2017
Age : 17
Localisation : Tout de suite à gauche, troisième à droite, puis tout au fond après le rond point, deuxième sortie

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Rénald Couillac
Age: La petite trentaine
Race: Homme-caméléon

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCYs2d63gJi_9ohVrqzq-MOg

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Ven 4 Aoû - 20:56

Oui^^ Enfin bref j'espère que tu as lu mon histoire
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par G1G4BL4Z3R le Ven 4 Aoû - 20:57

S'en va...

Euuuuuuuuh ouais ouais je l'ai lue (en vrai j'ai actuellement pas le telmps)
avatar
G1G4BL4Z3R

Messages : 246
Date d'inscription : 12/04/2017
Age : 17
Localisation : Tout de suite à gauche, troisième à droite, puis tout au fond après le rond point, deuxième sortie

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Rénald Couillac
Age: La petite trentaine
Race: Homme-caméléon

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCYs2d63gJi_9ohVrqzq-MOg

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Ven 18 Aoû - 5:19

La deuxième partie est publiée, bonne lecture !
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par dragoncraft2001 le Dim 20 Aoû - 19:36

Un écrit à l'eau de rose digne de Shakespeare,
J'attends la suite
avatar
dragoncraft2001

Messages : 74
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Borila le Lun 21 Aoû - 23:21

dragoncraft2001 a écrit:Un écrit à l'eau de rose digne de Shakespeare,  
J'attends la suite

Naomie will shake the spear if you know what I mean...
avatar
Borila

Messages : 402
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Vidwulf Silverlocke

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum