REROLL Vidwulf Silverlocke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

REROLL Vidwulf Silverlocke

Message par MrCravat le Lun 26 Juin - 21:57

Nom : Silverlocke
Prénom : Vidwulf
Age : 27 ans
Race : Humain
Sexe : Homme
Emploi/loisir : Déserteur / sauver la veuve et l’orphelin
Statut : Autrefois marié et commandant de bataillon


Description de sa personnalité :

Vidwulf est un homme mystérieux. On ne sait jamais s’il est heureux ou en colère. En fait, il n’exprime jamais ses émotions. Malgré tout, ses amis savent qu’il est une personne incroyable remplie de bonté et de générosité. On remarque aussi qu’il a une fâcheuse tendance à régler les conflits qu’il considère injustes. Il adore boire et faire la fête. Son passé dans l’armée lui a permis de pouvoir dormir dans n’importe quelle condition et de n’avoir peur de rien, même la magie. Pour finir, Vidwulf est un homme dépressif et il n’aime pas être seul, malgré sa seule expression faciale qui tente à en dire autrement.

Description physique :

Comme il est écrit plus haut, Vidwulf semble n’avoir aucun muscle du visage. Il est extrêmement rare qu’il décroche un sourire. Sa pilosité est brune, sa barbe est d’un bon volume et ses cheveux tombent jusqu’aux épaules. Ses yeux sont d’un vert très sombre. Au niveau vestimentaire, Vidwulf porte l’armure qu’il portait lors de ses services militaires. Une cotte de maille, des bottes, des gants et une ceinture en cuir et une tunique blanche un peu sale. Finalement, les gens les plus attentifs remarqueront un début de cicatrice au niveau de son cou.

Histoire du personnage :

[HRP]Ceci est un extrait du journal de Vidwulf. Je vais écrire l’histoire complète au fur et à mesure ! Wink[HRP]

Le combat faisait rage. Personne ne s’attendait à une bataille de cette envergure. Chaque seconde qui passait mettait un cadavre de plus sur le sol, ce même sol noyé dans le sang. Le ciel s’assombrissait constamment lorsque les pluies de flèches sifflèrent vers la mêlée. On entendait des bruits de lames qui s’entrechoquèrent, des bruits de boucliers éclatés par les massues, des os broyés et des hurlements qui donnaient des frissons dans le dos.

Cela faisait six heures que le combat durait. Six heures ! Jamais je n’ai combattu aussi longtemps dans une bataille. Moi et mon bataillon étaient épuisés, mais nous devions nous battre. Ces gobelins n’allaient certainement pas pillés nos villages et tuer nos familles. Lorsque le roi m’avait appelé pour le rejoindre dans cette prairie, je ne m’attendais pas à rencontrer toute son armée au complet, et encore moins une dizaine de milliers de ces abominables créatures ! Celles-ci nous ont chargé tel un taureau et nous n’étions point organisés pour le combat. La première heure était catastrophique. Nous perdions sans cesse du terrain. Puis, le cor d’un des ducs du roi a retentit sur l’un des flancs de l’ennemi et sa cavalerie a chargé à toute vitesse. Désemparés, les gobelins ont fait repli et nous avons pu organiser l’armée. À peine un quart d’heure suffit pour qu’ils reviennent à toute vitesse. Au moins, la ligne de défense était prête, se préparant à l’impact.

À ce moment, nous étions trois mille hommes contre environ huit mille. Nous avions perdu la bonne moitié de nos troupes lors de la première charge de l’ennemi et ceux-ci ne semblaient jamais réduire en nombre. En toute logique, le combat était perdu d’avance. Malgré la fuite lors de l’arrivé de la cavalerie, ils n’avaient pas hésité à foncer dans le tas à nouveau. Cette fois, il n’y avait pas que des gobelins. Il semblait qu’une horde de trolls avaient rejoint l’adversaire et ceux-ci étaient en première ligne. Par chance, nos archers avaient pu décocher une volée de flèches en tuant la grande majorité de ces monstres hauts comme deux hommes avant qu’ils n’écrasent l’infanterie. Puis, le combat était infernal. Au cœur de la mêlée, on ne pouvait savoir s’il y avait une possibilité de victoire d’un camp ou de l’autre. De mon côté, j’ai pu sortir de la bataille pour examiner la situation. Mon bataillon se trouvait à notre flanc gauche et nous avions une meilleure progression que le flanc droit. Au milieu, une petite colline de cadavres s’élevait au fur et à mesure que le temps s’écoulait. Malgré notre avantage stratégique, il semblait évident que le nombre écrasant de l’ennemi finirait par nous surpasser. Loin derrière, je voyais le roi déguster un repas sur son trône mobile ! Mais quel imbécile ! Ne voyait-il pas que nous nous battions en vain ?

C’est alors que je pris une décision risquée. Je fis replier mes troupes. Sur mes deux-cents hommes, il n’en restait qu’une trentaine. En regardant de nouveau derrière, je vis le roi me pointer du doigt, puis son escorte royale marcher vers ma direction. Avait-il vraiment l’intention de me renvoyer dans cette boucherie ou envoyait-il ses hommes en renfort ? Dans les deux cas, la défaite était inévitable.

-Que devons-nous faire, mon commandant ? demanda l’un de mes hommes.

-Mes amis, je crois que vous m’avez servi bien assez comme ça. Je vous libère de mon emprise et vous êtes libres d’aller où bon vous semble. Vous avez très bien combattu et je ne veux pas perdre un homme de plus dans ce chaos.

-Mais chef, demanda un autre, vous nous demander de déserter ?

-Je ne vous le demande pas. Vous pouvez rester ici et mourir l’honneur sauf ou vivre vos derniers instants près de vos enfants.

Il ne fallut pas plus de quelques instants pour qu’ils se mettent en accord. Mon bras droit s’approcha.

-Mon commandant, nous vous remercions de nous avoir dirigés mieux que quiconque. Pour cela, nous couvrirons votre fuite.

-Ne faites pas cela ! Partez et vivez votre vie, soldats ! m’écriais-je

-C’est la deuxième fois en quelques secondes, mais je vais désobéir à un ordre, s’exclama l’un de mes combattants.

-Partez, Vidwulf Silverlocke. Vous le méritez, mon ami, rajouta mon second.

Les larmes aux yeux, je laissai partir mes hommes pour barrer la route de l’escorte royale. Ce que je vis était horrible.

Pris d’une rage sans nom, je fonçai droit sur eux dans l’intention de n’en épargner aucun. Il ne restait qu’une dizaine de mes soldats et ils s’étaient battus avec bravoure. Jamais je n’ai été aussi fier de mes hommes que je pouvais considérer comme mes frères. Il ne restait que trois gardes du roi lorsque mon dernier guerrier s’écroula sur le sol. Ceux-ci commençaient à m’entourer, telle une meute de loups affamés. Chassant toute émotion qui pourrait altérer ma concentration, j’attendis la première charge. Lorsqu’elle arriva, je parai son coup et repoussa l’adversaire d’un coup de pied. Un autre, derrière moi, tenta de planter sa hallebarde dans mon dos. Esquivait de justesse. Je plantai ma lame dans son corps. Le troisième homme encore debout me fonça dessus, le bouclier devant lui. Propulsé vers l’arrière, je tombai au sol, sonné. Le garde se plaça au-dessus de moi, se préparant à me transpercer en l’honneur des dieux. Malheureusement pour lui, son spectacle me permis de le faire chavirer au sol. Sortant ma dague, je l’égorgeai. Il n’en restait qu’un. Me relevant avec le peu de forces qu’il me restait, j’observai mon dernier adversaire. Il semblait effrayé. Malgré tout, il chargea. Cette charge semblait ne pas avoir été réfléchie, puisqu’en esquivant son attaque, je plantai mon arme dans son dos. Il s’écroula au sol, mort.
Complètement épuisé, je regardai le champ de bataille. Comme je l’avais deviné, la bataille était perdue. Les gobelins commencèrent à encercler le peu d’hommes qui restaient et le roi préparait sa retraite. Il était temps de fuir et de retrouver sa famille.

Trois jours se sont écoulés. Je pouvais enfin voir ma demeure entourée de grandes terres cultivées. Le soleil était éclatant et tout semblait être paisible. Reprenant du moral sur cette magnifique vision, je marchai jusque devant la porte de ma maison. Avant d’entrer, je réfléchis à ce que j’allais dire à ma femme. J’étais désormais déserteur, après tout. J’ouvris la porte et tous mes rêves se sont effondrés. La maison était dans le désordre complet. Du sang séché recouvrait les murs et le corps de ma femme.

Il semble que quelques larmes aient tombés à cet endroit du journal.

Pris de panique, je rassemblai le peu d’affaires qu’il me restait et m’enfuit. Nord, est, ouest, sud, je ne m’en souviens plus. J’avais vingt-trois ans, à ce moment-là. J’avais la vie devant moi. Il s’est écoulé quatre ans où j’ai marché le long des routes. Quatre ans où j’ai été en service de nobles qui ne le méritaient pas. Quatre ans où je n’ai trouvé que misère et désespoir. Aujourd’hui, je suis sur les terres de Bedragoth. Selon un tavernier que j’ai rencontré dans un bourg, cet endroit est un lieu où la mort est maîtresse et qu’apparemment, il y a beaucoup de travail à faire. Pourquoi ne pas rester quelques mois ici ?


Dernière édition par MrCravat le Mar 27 Juin - 5:00, édité 2 fois
avatar
MrCravat

Messages : 237
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: REROLL Vidwulf Silverlocke

Message par Almastos23 le Mar 27 Juin - 1:16

Holala quelle nullité voyons :3

Nan franchement SU PER j'adore l'histoire rp Very Happy

Almastos23

Messages : 93
Date d'inscription : 20/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: REROLL Vidwulf Silverlocke

Message par baligrys le Mar 27 Juin - 7:48

Y a t'il un mystère autour de la mort de sa femme ?
avatar
baligrys

Messages : 153
Date d'inscription : 13/06/2017
Localisation : Paris // Tours // Lyon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: REROLL Vidwulf Silverlocke

Message par MrCravat le Mar 27 Juin - 13:37

Non pas de mystères, elle a été assassiné par des hommes du roi^^
avatar
MrCravat

Messages : 237
Date d'inscription : 17/06/2017
Age : 16
Localisation : Québec

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Vidwulf Silverlocke
Age: 27 ans
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: REROLL Vidwulf Silverlocke

Message par Simonsters81 le Mar 27 Juin - 14:21

Pour ma part c'est largement validé ! Super Candid

_________________
Par le fer ,et non par l'Or !
avatar
Simonsters81

Messages : 109
Date d'inscription : 23/02/2017
Age : 17
Localisation : Dans les bois

Récapitulatif personnage
Nom/Prénom: Jon Wilheim
Age: 16
Race: Humain

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Message

Message par baligrys le Mar 27 Juin - 14:29

C'est walide.
avatar
baligrys

Messages : 153
Date d'inscription : 13/06/2017
Localisation : Paris // Tours // Lyon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: REROLL Vidwulf Silverlocke

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum